Les commissions

16 novembre 2010 - Les paradoxes de la densification de l’habitat : injonction, oppositions, médiations

Télécharger la

  synthèse de la rencontre (PDF - 425.7 ko)
 

La raréfaction de la ressource foncière conjuguée au maintien d’une demande forte en logements dans les agglomérations - particulièrement les plus dynamiques sur le plan démographique, mais pas seulement - ont conduit depuis plusieurs années déjà les collectivités locales à rechercher une optimisation du foncier constructible. Depuis la loi SRU puis le Grenelle de l’environnement, cette recherche d’optimisation est aussi considérée comme une injonction institutionnelle à laquelle doivent se soumettre les documents d’urbanisme locaux, et se traduit par une évolution des tissus urbains vers des formes d’habitat plus compactes et plus denses.

Si elle est largement partagée par les acteurs de l’aménagement et les professionnels de l’urbanisme, la volonté de densification des villes se heurte parfois à un problème d’acceptation sociale, notamment là où le logement individuel reste la forme d’habitat dominante (que cela concerne la transformation d’un quartier existant ou des opérations d’extension à proximité directe). Il arrive en effet que des associations se constituent en réaction à certaines opérations jugées peu adaptées à l’environnement urbain dans lequel elles s’insèrent. Dans certains cas, la réception sociale de la densité et de ses traductions concrètes pose donc problème. En première ligne, les communes sont ainsi confrontées à des oppositions parfois virulentes, qui traduisent à la fois un rejet des projets et des politiques locales d’aménagement de l’espace (formes d’habitat, insertion paysagère dans l’environnement) et un déficit des dispositifs classiques de concertation locale.

Mais quels sont les territoires véritablement concernés par ces conflits ? Quels sont les acteurs en présence et en quoi ces conflits reflètent-t-ils la confrontation de logiques et d’intérêts antagonistes ? Que révèlent-t-ils quant aux représentations qu’ont les habitants de l’espace dans lequel ils vivent et que disent-ils quant au rapport à la propriété ? La densité est-elle le seul paramètre qui pose problème ? Sur quels modes l’opposition aux projets de densification s’exprime-t-elle ? En quoi cette opposition contraint-elle l’action publique et les stratégies développées par les promoteurs ? En quoi interroge-t-elle la pertinence des dispositifs de concertation locale mis en place par les collectivités et en quoi impose-t’elle une évolution des formes de dialogue avec les administrés ? Comment concilier densification et qualité du cadre de vie ?

Une séance d’échanges a permis d’aborder ces questions et de débattre sur les controverses impliquant les processus de densification et de diversification des formes d’habitat, mais aussi sur les manières d’en sortir. Aussi, le pôle de recherche urbaine des Pays de la Loire a consacré sa prochaine rencontre, autour d’interventions apportant des éclairages locaux, mais aussi un décryptage des logiques à l’oeuvre.


Télécharger la

  plaquette de présentation (PDF - 205.4 ko)
 


Télécharger la

  synthèse de la rencontre (PDF - 425.7 ko)
 

 

Autres articles dans cette rubrique